Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2013

Du dessert, ou du fromage (fondu pour tartine) ?

Montage cheval qui rit Kichka.jpg
[*]

Des grues hier ou du lait mental (18)

Montage gastéropodes2.jpg
[*]


      [>>>>>] Mais au ventre, on ne TOUCHe [49][333] PAS icon_mad.gif ! Parce que, même s’il existe assurément des spécialistes de l’estomac (soit pour l’alimenter [344][345], soit pour en corriger les défaillances cliniques), aussi "humble"© de non-"spécialité"©icon_redface.gif fusse-t-on, personne ne peut dire :  « moi, je n’ai jamais faim ; je vis d’amour et d’eau fraîche dans le jeûne perpétuel ! »  Personne ne peut même décider (pour soi ou pour un autre) qu’il en soit ainsi pour quiconque… à moins de "cautionner" que l’on "mette une vie en danger"(9)[0]. D’où que tout le monde crie haro sur le baudet [346, AV note 60] (à remonter certaines filières d’approvisionnement, il paraît qu’il y en aurait aussi [347][348][349][350][351][352][353][354] !…) lorsque le cheval [355, APR note 52][356]Escargot à roulettes2.jpg[357][358][359][360][361][362][363][364][365][366][367][368][369][370] "fait "autorité"©[371?]" en lieu et place du bœuf [372][373][374][375][376][377][378][379][320][380][119][381] icon_question.gif. Scandale international, appuyé par le débauchage de quelques spécialistes de la génétique [382] qui (entre deux cerveaux humains [383?) font causer l’ADN : pas de lézard, si le "bœuf"© pouvait encore meugler, il… hennirait icon_lol.gif. Alors, inutile de vous dire [0/4, note 50] que personne n’ira contester le mensonge de l’étiquetage : la tromperie sur la marchandise est si manifeste [49/2?][50/2] que la question centrale consiste à en rechercher assidument les responsables [0/14, note 315]. Ces derniers partagent un "amusant" point commun avec nos amies les grues "judiciaires"© : ils font les "timides". À moins qu’eux aussi donnent dans le caprice ? En clair, ici comme ailleurs, on ne se bouscule pas au portillon et le jeu de la barbichette [384, note 238][385, note 233][386, notes 81,82] remporte un plein succès… que les consommateurs floués n’estiment que fort modérément : pour eux, "à l'origine de tout ça, il y a une décision absolument abominable"(F) du fournisseur premier ; on a TOUCHé aux ventres ! Parallèlement, au-delà de cette indubitable escroquerie menée à grande échelle (dont la recherche -et la sanction- des responsables sont de la mission des… spécialistes attitrés), il semble que les rangs des indignés se fassent plus clairsemés. Non parce que l’un de leurs "chefs de file" vient de nous tirer sa révérence (R.I.P., Mr Hessel [387]), mais pour une raison fort simple : que l’on ait de l’appétence pour elle -ou qu’elle suscite au contraire de la répulsion pour quantité de motifs, souvent étrangers au seul aspect gustatif-, il se trouve que la viande de cheval est… comestible icon_eek.gif. Non seulement elle l’est, mais il est vraisemblable que les responsables indélicats aient redoublé de précautions au sujet de tous les autres critères sanitaires en vigueur : abattage, découpage, emballage, transport et respect de la chaîne du froid sur l’ensemble de la ligne, depuis la fabrication jusqu’à la distribution finale. Sur tous ces critères, gageons qu’ils sont irréprochables. In fine, si le consommateur lambda a été grugé sur le contenu de son assiette, personne n’a été empoisonné. L’escroquerie émeut (pardon : hennit) parce qu’elle concerne tout le monde : non parce qu’elle tue tout le monde… ou rend seulement malade (sauf fortes aversions psychologiques n’intervenant que rétrospectivement !). L’escroquerie laisse également un goût amer au portefeuille, le consommateur lambda ayant payé une viande moins onéreuse au prix d’une viande réputée l’être davantage : c’est évidemment le seul intérêt escompté par les responsables, qui en ont ainsi tiré un profit maximum. Mais encore une fois, laissons les spécialistes tirer l’affaire au clair : en attendant, celle-ci va contribuer plus immédiatement à éclaircir notre propos… par un intéressant jeu de comparaisons.

pub-krys-lunettes-boeuf-cheval-lasagne-findus-fail-spangher.jpg[1][12]


      La viande de cheval est donc comestible : s’il y a sans doute de nombreux consommateurs qui s’y sont laissé prendre, aucun d’entre eux n’est passé de vie à trépas ; aucun d’entre eux ne s’est métamorphosé en cheval… ou en crapaud [388], pour les plus malchanceux. De l’aveu même de l’une des responsables de cette situation (quoiqu’elle s’en défende), "de nombreux pères sont injustement éloignés de leurs enfants"(G). Ici, l’écart se creuse : d’une part, parce qu’ingérer du cheval –fût-ce malgré soi- n’a pas pour effet de faire voler en éclats une famille, de détruire un gamin ou détruire une vie"(F)hormis celle du cheval, naturellement ; d’autre part –ce qui y est lié-, la "crème au chocolat"©[0/16, APR note 300], elle, n’est PAS comestible. Si elle aussi a de nombreux consommateurs, le cercle en est considérablement réduit parce qu’il coïncide très exactement avec celui "des nombreux pères" etc. Sans compter que parmi ces "nombreux pères", beaucoup savent –ou pressentent fortement- que la "crème au chocolat"© n’en est PAS ; beaucoup savent –ou sentent fortement !- que cette "crème au chocolat"© est tout bonnement de la m…

 

271982233.jpg
[Suite ->]

05:49 Publié dans Droit tordu..., Psyché sans tain, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.