Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2013

"Précis pressa : trop pressées, les grues sont sous pression" (dixit la presse...)

Montage crèmerie+nana-etc.jpg[*][*]

Des grues hier ou du lait mental (19)

 

      [>>>>>] Opération vérité oblige –voire culpabilisation interne à la perspective d’un énorme gaspillage alimentaire, véritable insulte aux ventres creux-, il est prévu de redistribuer les stocks invendus de cheval à des associations caritatives… auprès desquelles il est non moins prévu de ne pas leur cacher un instant qu’il s’agit bien de cheval : quels que soient les emballages officiels de la marchandise. Autrement dit, à défaut d’avoir mis la main sur les responsables de la production, on prend au moins ses responsabilités du côté de la distribution ; déjà, on aimerait pouvoir en dire autant des responsables de la production et de la distribution de la "crème au chocolat"© "judiciaire"©… alors même que chez ceux-là, il n’y a pas lieu de procéder à la moindre investigation, au moindreOh-non-les-pauvres.jpg test ADN ; tous ont pignon sur rue, tous produisent des actes publics, tous vendent [44, notes 202 à 206] de la "crème au chocolat"© "judiciaire"©… sous la dénomination insultante de "décision de "justice"©". Insultante à l’égard de la justice elle-même, et bien sûr insultante [51] à l’encontre "des nombreux pères" etc., SEULS consommateurs –contraints !- de la "crème au chocolat"© : en effet, à la différence de la viande de cheval, même le "consommateur spontané" de cette infâme "crème au chocolat"© se garde bien d’y tremper seulement le doigt ! Quant aux fournisseurs, il va sans dire que sur l’ensemble de la ligne production/distribution, on se veut autant "responsable"© et "autoritaire"© que non–consommateur, de près ou de loin. En aval enfin, hors de toute "enceinte judiciaire"(13),(15),(G),[213,§2], les "spectateurs" passifs -plus nombreux encore- ne voient de la "crème au chocolat"© que son emballage. D’où qu’au tollé général déclenché par du cheval n’empoisonnant personne, réponde le silence assourdissant d’une "crème au chocolat"© n’empoisonnant personned’autre que les nombreux concernés qui, d’ailleurs, se défendent souvent de l’être : deux poids, deux mesures. Au-delà de ses regrettables erreurs de validations sémantiques, lorsque Serge Charnay se hisse sur une grue, il témoigne implicitement de ce qu’il fait justement partie de ceux qui se défendent de l’être. Lorsqu’il indique qu’"à l'origine de tout ça, il y a une décision absolument abominable"(F) etc., il signifie qu’il n’aime pas la "crème au chocolat"©. Il signifie également –et spectaculairement- que C’EST de la "crème au chocolat"©. Il signifie enfin qu’il a affaire à des empoisonneuses patentées. Du côté de ces dernières, les responsabilités brûlent les doigts : se seraient-elles trompées dans leur recette, substituant celle de la crème brûlée à celle de la "crème au chocolat"© ? Du côté de ces dernières, on joue donc la carte de l’émotion [389], joker [390] désespéré de qui était déjà à l'origine totalement dépourvu d’ingrédients pour effectuer sa recette, ayant picoré au pifomètre tel ou tel autre composant dans tel ou tel autre Code [284, notes 40 à 44], version un rien imagée de « l'application de la loi qui est faite par les juges aux affaires familiales : la loi actuelle est équitable, c'est l'interprétation qu'ils en font qui ne l'est pas »(9). Séquence émotion :

ico-f.gifPère/grue: la mère et l'enfant "éprouvés" [0/3, APR note 86]. Sortons les mouchoirs.

Montage preparezmouchoirs2.jpg

ico-f.gifDivorce : les juges aux affaires familiales sous pression : ce dernier titre est tout neuf, puisque édité il y a quarante-huit heures.


(16) Des affaires récentes de pères en colère ont braqué les projecteurs sur les juges aux affaires familiales. Ces « JAF », qui sont presque toujours des femmes, avantagent-ils systématiquement les mères ? Reportage au tribunal de Paris.


(17) Quand un père s'estimant spolié par la justice revendique la garde de ses enfants, confiés à leur mère, il devient un « papa en colère » et, à l'occasion, grimpe au faîte d'une grue. L'acrobatie porte ses fruits, puisqu'un Nantais a, récemment, obtenu...


      L’article ci-dessus étant réservé aux abonnés du média cité, si le visiteur lambda ne l’est pas il n’en saura pas davantage que cette accroche de présentation. Le rédacteur de ces lignes ne l’étant pas, il n’en sait pas davantage. Mais qu’apprendrait-il de plus qu’il ne sache déjà… et le fasse savoir ? Ce que l’on voit déjà en l’occurrence, c’est une subtile censure opérant à propos d’informations manifestement plus "sensibles" que d’autres : « si tu veux savoir, tu paies : tu t’abonnes. Si tu déclines et passes ton chemin, libre à toi ; mais on t’en aura assez suggéré pour que tu en restes à… l’émotion. »

TPE-2013.jpg
[Suite ->]

06:11 Publié dans Droit tordu..., Psyché sans tain, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.